Les derniers Jeux de Paume de France

L’événement sportif de cette année 2020 ? L’ouverture d’une troisième salle officielle de Jeu de Paume en France, à Bordeaux, bien sûr ! Profitons-en, cela n’arrive qu’une fois tous les 50 ans. Présentation de ces trois rescapés de l’ancien Roi des Jeux.


Le Jeu de Paume de Fontainebleau

En 1599, un premier jeu découvert est installé dans l’enceinte du château à l’extrémité ouest du Jardin de la Reine. Deux ans plus tard, une nouvelle salle, couverte cette fois-ci, est édifiée dans son prolongement pour les bons plaisirs du Roi Henri IV. Quatre siècles plus tard, on y exerce toujours l’art de la paume.

Dès la seconde moitié du XVII° siècle, le premier jeu découvert disparaît pourtant. Le second est à son tour considérablement atteint par un terrible incendie en 1702. Les travaux de reconstruction de la salle ne s’achèvent qu’en 1732, soit 30 plus tard.

Laissé à l’abandon durant la Révolution, le jeu est restauré sous le Premier Empire.  Si le Roi Charles X délaisse la paume sous son règne, les derniers fidèles de l’ancien sport des rois se plaisent à se retrouver occasionnellement à Fontainebleau. Mal entretenu, le jeu est abandonné à la fin du XIXe par les joueurs qui lui préfèrent celui du Jardin des Tuilleries.

En 1915, le site est transformé en salle de rééducation pour blessés de la Grande Guerre, puis est cédé en 1921 aux écoles d’art américaines qui y donnent des concerts. Les murs sont blanchis, un grand orgue est installé. La salle accueillera ainsi de nombreux musiciens célèbres: Charles-Marie Widor, Maurice Ravel, Robert Casadesus, etc. 

Image
Fontainebleau durant la Grande Guerre

A la fin des années 1980, de lourds travaux permettent de redonner au site sa vocation sportive, près d’un siècle après que les dernières balles s’y soient tues.

Le Jeu de Paume de la Rue Lauriston

En 1839, le dernier tripot de Paris situé rue Mazarine disparaît. Une souscription donne un dernier espoir à la paume parisienne qui trouve refuge pendant 21 ans passage Sandrié, dans le 9e arrondissement. Le cercle parisien en est exproprié en février 1861 par la ville de Paris pour permettre la construction de l’Opera Garnier.

Grâce au soutient de Napoléon III, le Jeu de Paume de Paris parvient à recréer un carreau aux Tuileries sur la Terrasse des Feuillants. La salle est inaugurée le 29 janvier 1862 par le champion du monde Edmond Barre opposé à Delahaye fils, les deux meilleurs joueurs français de l’époque.

Le Région Parisienne compte alors 3 carreaux, ceux des Tuilleries et de Fontainebleau, ainsi que celui de Versailles, rouvert depuis 1855 à la demande de l’Empereur.

Image
Le jeu des Tuilleries vers 1900

En 1907, le Jeu de Paume des Tuileries est converti en galerie d’art. Aussitôt, un petit groupe de joueurs décident de trouver de nouveaux locaux à Paris pour assurer la pérennité du sport dans la capitale. Dans le même temps, les autorisations nécessaires sont demandées pour pouvoir refouler le temps de quelques parties le carreau de Fontainebleau qui avait été délaissé depuis les années 1890.

Le 24 avril 1909, la Société du Jeu de Paume de Paris inaugure au second étage du 74 ter rue Lauriston les nouvelles installations de la société qui peut désormais pratiquer sur deux carreaux. En 1926, le second disparaît pour permettre l’aménagement de quatre courts de squash, les premiers construits en France. Depuis, il ne subsiste ainsi qu’un seul court de paume à Paris, une ville qui en a accueilli jusqu’à 250 à la fin du XVIe siècle.

Le dernier carreau parisien

Le Jeu de Paume de Bordeaux

Pour célébrer la venue du Comte d’Artois, futur Charles X, à Bordeaux, l’écuyer et grand conseiller du roi Pérès-Duvivier fait construire en 1788 un Jeu de paume rue Rolland dans le quarter Caudéran. Comme partout ailleurs, le carreau bordelais est abandonné durant le XIXe et connaît bientôt mille vies qui le tient fort éloigné du sport: fabrique de ‘tapis de pieds’, casino, salle de conférence ou de ventes, etc.

Mais, ici, trois figures locales le baron Duroy de Suduiraut, Edouard Lawton et Armand Lalande permettent à la salle de retrouver sa vocation première en 1878. C’est alors le seul carreau de Province en activité. Cette ouverture n’est pas isolée. La paume qui avait disparu de nos provinces revient dans les valises des premiers sportsmen britanniques en séjour sur le continent. Partout ou Albion s’installe, les carreaux renaissent comme par magie. A Deauville, Pau, ou sur la Riviera (Cannes), des cours sont construits dans les années 1880. 

En 1928, la salle bordelaise fête ses 50 ans et invite Pierre Etchebaster tout juste champion du monde – le premier joueur français sacré depuis Edmond Barre – à se produire sur la place bordelaise. Le centenaire, lui, ne sera pas célébré. Il aura manqué un an. En 1977, les paumistes sont expropriés de la rue Rolland par la ville. Ils se réfugient dès l’année suivante sur un nouveau complexe qu’ils font construire à Mérignac. Comme à Paris 50 ans plus tôt, c’est aussi à la Paume que l’on doit l’apparition des premiers cours de squash de la ville.

Le carreau de la rue Rolland avait subsisté pendant près de deux siècles, celui de Mérignac ne vivra qu’un peu plus de 30 ans. En 2012, le terrain des paumistes est vendu à un promoteur immobilier et le court ferme l’année suivante. L’histoire de la courte paume girondine aurait pu en rester là sans la dévotion du président du club Paul Van der Linden qui après plusieurs échecs trouvera une opportunité pour installer un nouveau carreau sur les installations des Girondins de Bordeaux Omnisports, toujours à Mérignac. L’ouverture de cette nouvelle salle a été faite au début de l’année 2020.

L’image contient peut-être : intérieur
Le premier Jeu construit en ce XXIe siècle

Les Trinquets

Heureusement, la pratique de la paume en France ne se limite pas à ces trois seules salles dédiées, on y joue également de manière plus occasionnelle dans des trinques de pelote basque du sud-ouest où les amateurs locaux tentent de s’y faire une place parmi les pelotaris. 

On chasse et rechasse ainsi à Bayonne, à Pau (sur le trinquet du Parc Beaumont qui avait été construit pour les besoins de la paume à la fin du XIXe siècle) ou au village de la Bastide-Clairance sur un carreau redécouvert au milieu des années 2000 et considéré comme le plus ancien du monde. Il daterait du début des années 1510.

Jouer dans une bâtisse du début du XVIe siècle. La paume.

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.