La disparition des stades d’athlétisme

L’athlétisme en tant que sport-spectacle est menacé par la disparition de ses enceintes dédiées.  A terme, le sport devra entamer une révolution et introduire de nouveaux lieux de pratique pour assurer son avenir comme sport qui se regarde.

La fin d’un modèle

Coupe du monde 1990 en Italie. 10 des 12 stades aménagés ou construits pour l’événement sont des stades d’athlétisme. Seuls San Siro de Milan et le Stade Luigi-Ferraris de Gênes ne sont pas équipés d’une piste. Il s’agit de la dernière vague de stades d’athlétisme en Europe. A la même époque, la décision est prise de reconstruire le Stade Charléty dans le 13ème arrondissement de Paris. Ouvert en 1994, l’enceinte parisienne est encore à ce jour le dernier grand (20 000 places) stade d’athlétisme construit en Europe en dehors des Jeux Olympiques.

En 1996, l’Ajax Amsterdam inaugure son ArenA et délaisse l’antique Stade Olympique de la ville et sa piste d’athlétisme. Bâtie sur les modèles américains, l’ArenA est la première enceinte moderne du football européen. Dès lors, les clubs professionnels de la Vieille Europe comprennent qu’un stade n’est pas simplement un lieu dans lequel entasser le plus de monde pour le coût le plus faible possible. Le curseur est mis sur le confort et les services à apporter aux spectateurs. Les pistes d’athlétisme sont un handicap dans ce dessein.

Stadio delle alpi
Même pas 20 ans, fauché en pleine jeunesse.

Symbole majeur de cette révolution en cours: la Bundesliga. La ligue allemande, qui compte encore au milieu des années 90 une majorité de stades d’athlétisme, n’en compte plus aucun 15 ans après. Autre exemple marquant, le Stadio delle Alpi de Turin. Construit pour le Mondiali 90 et qui avait accueilli une demi-finale de Coupe du Monde ainsi que deux finales de Coupe d’Europe au début des années 90, le stade ferme ses portes en 2008. La Juve préfère construire un nouveau stade que de s’encombrer de ce stade qui n’avait pas fêté ses 20 ans mais bâti sur un modèle ancien

Des stades d’athlétisme qui disparaissent, des nouvelles installations qui ne viennent pas. L’athlétisme qui se regarde se recentre sur une poignée de stades historiques. Pis, les derniers grands stades utilisables sont menacés, notamment, le Stade de France, le Stade Roi Baudouin ou même le Stade Olympiques de Londres.

La jurisprudence des vélodromes

Lorsque la France, et Paris en particuliers, se dote de ses premières infrastructures sportives à la lisière du XXème siècle, ce sont bien des vélodromes qui sont construits (Buffalo, Vincennes, Parc des Princes, etc) et qui font accessoirement office de terrain de football ou de rugby. La Province suit le mouvement jusqu’à la Première Guerre Mondiale. La tendance se retourne dans l’entre-deux-guerres, mais le cyclisme sur piste reste un sport majeur et tous les grands stades municipaux des années 20 ou 30 (Lyon, Bordeaux, Marseille) possèdent un anneau cycliste.

A la libération, la piste dépérit. Les anciens grands vélodromes perdent petit à petit leur piste. Les nouveaux stades en sont dénuées. Les anciennes grandes réunions (meetings) se font de plus en plus rares pour disparaître tout à fait. Aujourd’hui, il ne demeure plus que quelques anciennes installations assez délabrées et les très rares nouveaux vélodromes construits ces dernières années sont essentiellement des sites d’entrainement.

L’athlétisme dans 50 ans ?

En parallèle, le cyclisme sur route (hors stade), même en recul, a conservé une bonne partie de ses forces.

Aujourd’hui, personne ne songerait à construire un vélodrome de 20 000 place, comme personne ne songe à construire un stade d’athlétisme de 20 000 places. Seuls les Jeux Olympiques – et encore avec beaucoup de difficultés – permettront  à l’avenir de faire éclore de nouveaux projets de stades athlétiques.

La recherche de solutions

Devant cette menace, le monde de l’athlétisme tente d’innover. Lors des jeux du Commonwealth 2014 de Glasgow, il a été ainsi décidé de ne pas construire de stade d’athlétisme dédié, mais plutôt l’installation à Hampden Park d’une piste provisoire prenant appui sur les premières rangées de spectateurs à 2 mètres de hauteur. Les candidatures de Madrid pour les Jeux Olympiques de 2016 et 2020 reposaient sur une solution semblable.

Une solution provisoire qui a un coût (14 M£) et n’est pas transposable partout.

Autre piste de réflexion: tenir les épreuves en extérieur. Une expérience tentée notamment lors des Championnats d’Europe d’Amsterdam en 2016 pendant lesquels les épreuves qualificatives de javelot et du disque se sont tenues à la Museumplein devant les plus grands musées de la ville. Une approche promotionnelle plus qu’autre chose.

Résultat de recherche d'images pour "javelin amsterdam"
Votre nouveau stade d’athlétisme, près de chez vous.

Selon le président de l’IAAF Sébastien Coe, l’athlétisme pourrait être amené à aller encore aller plus loin pour assurer son avenir :

Pourquoi pas des pistes démontables (+pop-up tracks+), des courses de 300 mètres que l’on pourrait organiser au milieu de la pelouse d’un stade de football, à Stamford Bridge ou en Australie, ou des épreuves dans les rues. Il faut amener l’athlétisme là où est le public

Plus que le format des compétitions en lui-même, c’est bien la question des installations sur laquelle l’athlétisme – en tant que sport-spectacle – que va jouer son avenir. Les stades d’athlétisme disparaissent et vont continuer à être de moins en moins nombreux. La question désormais est de savoir si l’athlétisme-qui-se-regarde y survivra.

2 réponses sur “La disparition des stades d’athlétisme”

  1. Merci pour cette analyse que je partage à 100%. La comparaison avec le cyclisme sur piste est très pertinente.

    Il reste aux dirigeants d’athlétisme à imaginer comment faire disputer des réunions d’athlétisme dans des stades purement de football, tout en préservant la sacro-sainte pelouse. Sacré défi !

    1. Le problème sera celui de la rentabilité. Pour que ce soit tenable, il faudra trés certainement passer de nouvelles distances plus courtes (ce que Coe semble avoir déjà intériorisé, ce qui sur le coup m’avait sidéré d’ailleurs). Mais, qui sera très compliqué à vendre aux amateurs d’athlé.

      Enfin bonne nouvelle, grâce à l’incompétence des édiles bruxelloises, on sait depuis la rédaction de cet article que Baudouin est sauf pour un moment.
      Merci Alain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.