Histoire du Stade Edmond Machtens

A Edmond Machtens ont évolué successivement le Daring, le RWDM, le FC Brussels, puis depuis 2015 de nouveau le RWDM. Si le stade ne peut plus recevoir que 12 000 supporters sur les 35 000 du temps du Daring, le stade de Molenbeek est toujours debout prêt à accueillir les supporters du RWDM. "A legend never dies"

Du Daring au RWDM

Le Daring Club de Bruxelles est né 1895 sous l'impulsion d'une poignée d'étudiants bruxellois. C'est en feuilletant un journal hollandais ou figurait le nom d'un club de foot batave: le Daring, que les jeunes gens choisissent le nom de leur future équipe. Affilié en 1897 à L'Union Belge, le club débute son parcours en deuxième division en compagnie d'un autre débutant: l'union Saint-Gilloise, son futur grand rival.

En 1899, le club qui évoluait jusque-là à Koekelberg doit migrer pour permettre la construction de la basilique de la commune. La fusion sera (déjà!) la solution, le Daring s'allie avec un club jettois, le Brussels, et s'installe chaussée de Jette. Un temps nommé Daring Brussels Club, le club reprend son nom originel après avoir fusionné avec deux nouveaux clubs de l'ouest de la capitale: l’Union Sportive Molenbeekoise et le Skill FC (qui évoluait alors en D1), et accède en première divisionµ.

Le club grandit et devient en compagnie de l'Union Saint-Gilloise, un club phare du championnat et remporte les titres 1912 et 1914. Les installations jettoises deviennent trop étroites pour accueillir les milliers de supporters du club. Trois sites sont alors étudiées pour accueillir à l’avenir les Rouge et Noir: Berchem-Ste-Agathe, Moortebeek (près de Dilbeek), et Molenbeek-Saint-Jean. C’est cette dernière ville qui est retenue pour accueillir une nouvelle enceinte qui deviendra le Stade Edmond Machtens.

Retardé par la Grande Guerre, le Daring ne s'installe dans ce nouveau stade qu'en 1920, et ce, après avoir disputé quelques rencontres à Anderlecht. La nouvelle enceinte est inaugurée le 12 septembre en présence des princes Léopold et Charles. Les nouvelles installations font honneur à la vocation omnisports du club: piste d'athlétisme, terrain de hockey, plusieurs courts de tennis et même un solarium. Cette inauguration porte chance aux Rouge et Noir qui remporteront son troisième titre dans la foulée.

 

L'enceinte avec sa gigantesque tribune assise est alors une des plus impressionnante de Belgique, et il n'est pas rare d'y croiser les Diables Rouges. La Belgique, qui dispute sa première rencontre à Molenbeek face à l'Angleterre le 21 mai 1921 (défaite 2-0), y attire un public nombreux. Citons, à titre d'exemple, ce 20 juin 1926 où 35 000 spectateurs se grésèrent au stade pour assister à un match nul entre Belges et Français (2-2). De cette époque dorée, seul un pan de mur et un monument aux morts dédié aux Daringmen morts pour la Belgique subsiste.

Suite au titre de 1921, Le Daring ne réapparaît au plus haut niveau qu'au cœur des années 30. Le 10 février 1935 les Rouges et Noir mettent un terme à l'improbable série de 60 rencontres sans défaite (un record qui tient toujours) de l'Union. Cette victoire 2-0 allait être suivie des titres de champion 1936 et 1937. La rivalité entre les deux clubs bruxellois est telle qu'en 1938 une pièce de théâtre lui est dédiée: Bossemans et Coppenolle.

Après guerre, l'antre des Daringmen - baptisée entre temps Stade Oscar Bossaert en hommage à un ancien grand joueur du club devenu bourgmestre de Koekelberg - ne connaîtra plus les honneurs d'aucun titre, le Daring prenant l'habitude de faire l'ascenseur entre la D1 et la D2. Cependant, le club est pourtant convié à disputer la Coupe des Villes de Foires (ancêtre de la Coupe UEFA). Le Stade Bossaert connait sa première sortie européenne le 23 septembre 1965. Le Daring battu 3-1 sera éliminé au premier tour de la compétition par l'AIK Stockholm.

Au cours de la saison 1972-1973, le Daring (ou Royal Daring Club de Molenbeek depuis 1970) évolue en deuxième division et rêve de retrouver l'élite, mais devant les difficultés sportives rencontrées pour y accéder, un accord est trouvé en fin de saison avec le Racing White (D1) pour former le Racing White Daring (RWD) Molenbeek, qui reprend le matricule 47 du White Star. Le Stade Bossaert retrouve ainsi la D1.

L'épopée du RDWM

Le Racing White avait lui-même été issu d'une fusion dix ans plus tôt entre le White Star, fondé en 1909 par des étudiants (matricule 47) et qui connut la D1 de 1943 à 1947, et le Racing Club de Bruxelles. Le Racing, lui, avait été fondé en 1890 (matricule 6) et, tout comme le Daring, était basé initialement à Koekelberg. Le club remporta 6 championnats de Belgique entre 1897 et 1908 ainsi que la première édition de la Coupe de Belgique en 1912, avant de retomber dans l'anonymat. les difficultés financières des deux clubs imposèrent la fusion en 1963. L'Union évoluait au Stade Fallon sur la commune de Woluwé-St-Lambert, mais en dépit de bons résultats, le public ne suivait pas.

Le nouveau venu impose très vite sa marque à Moelnebbek, le stade est renommé, il portera dorénavant le nom de Edmond Machtens, bourgmestre de la ville et grand instigateur de ce mariage de raison. Une nouvelle tribune - chauffée! - de 7 000 places est par ailleurs inaugurée le 22 août 1973 à l'occasion du premier match du nouveau club face au Réal de Madrid. Le stade est comble avec plus de 33 000 spectateurs, ce sera la première et dernière fois. Le 26 août, les joueurs du RWDM (pour la grande partie des anciens du Racing White) disputent leur première rencontre officielle à Machtens face à Lauwe en Coupe (victoire 6-1).

Les premières années du RWDM sont fastes, le club décroche son unique titre dès 1975 en remportant le championnat, puis dispute une demi-finale de Coupe de l'UEFA en 1977 face à l'Athletic Bilbao. Après avoir disputé la coupe d'Europe cinq fois d'affilée, le club na parvient plus à retrouver son meilleur niveau, évoluant plus souvent dans le ventre mou du championnat que sous les projecteurs de la Coupe d'Europe.

A l'issue de la saison 1992-1993, il est décidé la démolition de la plus vieille tribune du stade, dont la partie supérieure tombait en ruines, et qui avait été un temps interdite au public. A la place, s'érige une nouvelle construction doté plus de 600 business seats, les premiers du stade. Cette nouvelle tribune ouvre le 14 août 1993 à l'occasion de la réception de Charleroi. Parce que pourquoi pas, elle présente des sièges de couleurs verte.

Le RWDM évoluera dorénavant dans un stade certes moderne, mais à la capacité réduite à 18 500 places (12 200 aujourd'hui). En dépit d'une belle saison en 1996, qui enverra l'équipe en Coupe d'Europe, la suite ne sera qu'une lente agonie financière qui aboutira à la radiation du club le 16 août 2002, alors que celui-ci venait pourtant de retrouver la première division.

RWDM le retour

Le stade Machtens ne reste pas orphelin longtemps. Sitôt la faillite du RWDM officialisée, le bourgmestre de Molenbeek-Saint-Jean, Philippe Moureaux, se tourne vers son ami Johan Vermeersch, ancien joueur du Daring au début des années 70 et ancien dirigeant du RWDM qui propose au FC Strombeek, alors en D2 de rejoindre mAchtens. Le 15 septembre 2002, le FC Strombeek dispute sa première rencontre dans son nouveau stade pour le compte de la 5ème journée de championnat face à Roulers (2-2).

Après une saison de transition, le club officialise sa nouvelle ambition, tronquant, le 1er juillet 2003, son nom pour celui de FC Molenbeek Brussels Strombeek, ou plus communément: FC Brussels. Avec à sa tête Johan Vermeersch, le club décroche la montée en D1 à l'issue de la saison 2003-2004, attirant jusqu'à 8 000 supporters au Machtens pour l'avant dernière journée, synonyme de montée.

Suite au décès de Raymond Goethals en 2005, la tribune n°2 du stade Edmond Machtens est baptisée du nom de celui qui avant de conquérir l'Europe avec l'Olympique de Marseille comme entraîneur avait entamé sa carrière de gardien de but de 1931 à 1947 au stade Machtens.

Le Brussels dispute 4 saisons en D1 avant d'être relégué en au terme de la saison 2007-2008. Les affluences qui n'étaient déjà pas extraordinaires quand le club évoluait au plus haut niveau (environ 5 000 spectateurs de moyenne), s'effondrent en deuxième division (650 en 2013). Les projets de modernisation de Machtens sont remises au placard, notamment la construction d'une troisième tribune espérée depuis 2007.

Le "Brussels" ne veut rien dire pour les Bruxellois, ce nom n'évoque rien. En 2013, le club reprend à son compte les initiales du RWDM. Trop tard. Le club est déjà condamné. Le RWDM Brussels n'existera que pendant quelques mois; le club est liquidé et rayé du football belge au terme de la saison 2013-2014.

Sitôt la liquidation du Brussels actée, un groupe d'amoureux du RWDM chercher à recréer le grand club bruxellois. En 2015, ils récupèrent le matricule d'un petit club flamand évoluant en D4 : le Standaard Wetteren. Les nouveaux propriétaires rapatrient le club à Edmond Machtens et lui donnent le nom du glorieux club molenbeekois. Le RWDM et Edmond Machtens peuvent revivre.

Le RWD de Molenbeek voilà notre équipe
Le RWD de Molenbeek la plus dynamique
Le RWD de Molenbeek connaît la musique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.