Les stades en AFN : Ligue d’Oran

Durant l’époque coloniale en Algérie, le sport et en particuliers le football a tenu une place de premier ordre. Jeu de pouvoir entre Européens et Algériens, elle s’est notamment traduit pas une politique d’infrastructure assez conséquente. Article en trois parties.

Ligue d’Oran

Le département d’Oran se démarque par sa part importante de la population européenne (près de 400 000 sur deux millions d’habitants), notamment  dans l’agglomération d’Oran qui conservera une majorité européenne jusqu’à l’indépendance. Sans surprise, l’essentiel de l’activité footballistique s’y est concentrée.

Parc Municipal des Sports (Oran)
Capacité: 40 000 places
Inauguration: 1957
Clubs résidents: –
Nom actuel: Stade Ahmed-Zabana

Les travaux de construction du Parc Municipal d’Oran débutent en 1955 dans le quartier Lyautet. Plus importante enceinte, d’AFN, il offre une capacité de 30 000 places, aménageable jusqu’à 40 000, soit l’équivalent des grands stades de métropole.  8 000 places sont couvertures par une toiture sans poteau. Le Parc accueille également deux stade de basket de volley de 3 000 places chacun.

Cette réalisation qui vient compléter celles déjà existante (Stade Monréal, Palais des Sports, Arènes, Vélodrome Pierre Gay) permet à la cité algérienne de recevoir le titre de ville la plus sportive de France remis par l’Equipe.

Le parc municipal qui prend le nom du maire de la cité, Henri Fouques-Duparc, ouvre ses portes le 7 mai 1957. L’AS Saint-Etienne et le Stade de Reims inaugurent le terrain. Le Stade de Reims y séjourne à nouveau en 1959 à l’occasion  d’un tournoi amical opposant les deux récents finalistes de la Coupe des Clubs des Champions. Cette même une année, une demi-finale de Coupe de France s’y dispute. Les dernières éditions de la Coupe d’Algérie s’y déroulent égalmeent.

Le stade demeure le plus important d’Algérie jusqu’à l’inauguration du stade du 5 Juillet 1962 en 1972 et accueillera à plusieurs reprises l’Equipe Nationale. Le Mouloudia Club d’Oran y dispute toujours ses rencontres.

Stade Vincent Monréal (Oran)
Capacité: 20 000 places
Inauguration: 1927
Clubs résidents: ASMO
Nom actuel: Stade Habib-Bouakeul

Le 11 novembre 1930, l’Association Sportive de la Marine Oran inaugure son nouveau stade par une victoire contre le Club des Joyeusetés (3-0). Le stade peut alors accueillir jusqu’à 5 000 spectateurs. Le club déjà vainqueur à deux reprises de la Ligue, y sera une dernière fois sacré en 1941.

Producteur et exportateur d’agrumes de Perrégau Vincent Monréal décide au sortir de la guerre de racheter le terrain de l’ASMO et d’y aménager un stade d’environ 20 000 places, dont 6000 couvertes. Un stade jugé digne d’Oran. Commencé en 1946, les travaux s’achèvent en 1948. Le site compte aussi salle des fêtes  bar, cuisines, vestiaires avec douches et salles pour les arbitres

Plus grand stade de l’Oranais jusqu’à la construction du Parc Municipal, l’enceinte accueille une douzaine de finales de coupe ou de championnat d’AFN ainsi que certaines rencontres internationale, notamment l’équipe de France B en 1953.

Depuis le départ de l’ASM Oran au Stade Zabana, le stade est aujourd’hui laissé à l’abandon.

Stade Etienne Gay (Oran)
Capacité: 4 000places
Inauguration: 1927
Clubs résidents: Club des Joyeusetés, FC Oran
Nom actuel: Stade Kaddour Keloua

Propriétaire des fameuses caves d’Oran, et Sénateur d’Oran, Etienne gay réalise ce stade dans le quartier Gambetta d’abord pour accueillir le club en vogue de l’entre deux guerres et doyen du football algéirois, le Club des Joyeusetés Le club évoluait jusque-là au Stade Turin.

A la tête par la suite du FC Oran, il y installe également l’équipe formée en 1944 par la fusion du Stade Mondial Gambetta et du Ring Club Oranias qui y remporte le tire en 1946 et 1948.

Réel passionné de football, Etienne gay restera quelques saison à Oran après l’indépendance pour aider à la miste en place des nouveaux championnats algériens.

Le FC Oran existe toujours aujourd’hui et évolue encore sur le terrain de l’ex Stade Gay

Stade Paul André (Bel Abbés)
Capacité: 7 000 places
Inauguration: 1925
Clubs résidents: SCBA, JPBA, USMBA
Nom actuel: Stade 3 Frêres Amarouche

Place forte indéniable du football d’AFN, le Sporting Club de Bel-Abbès a remporté 15 titras d’Oranie et 7 championnats d’AFN. L’équipe évolue au stade-vélorome des Amarnas, propriété de Lisbonne, futur président du club et de la Ligue d’Oran

L’autre club phare de la ville la Jeunesse Populaire ouvre en 1925 son propre stade des oliviers dans le faubourg des négriers, également équipé d’une piste en ciment. Le club est bientôt présidé par Paul André qui donnera pas la suite son nom au stade.

Au cours des années 30, le SCBA abandonne le Stade des Amarnas le club s’installe au Stade-vélodrome des Oliviers, bientôt nommé en honneur de son donateur: Paul André.

Le « Real d’AFN » prit l’habitude de délocaliser ses plus grande affiches à Oran (Stade Monréal ou Parc des Sports), le Stade Paul André ne pouvant accueillir guère plus de 3 oiu 4 000 spectateurs.

Le stade accueille encore les équipes jeunes de la ville.

Stade Grefier (Mascara)
Capacité:  10 000 places
Inauguration: 1925
Clubs résidents: AGS Mascara, Gallia Club de Mascara
Nom actuel: Stade Meflah Aoued

Le stade municipal de Mascara est inauguré en 1925 dans le Faubourg Faidherbe en lieu et place de l’ancien marché aux bestiaux. Financé par le président de l’Avant Garde Sportive et distilleur de la région Antoine Gréfier, il en prend le nom. C’est alors l’un des premiers stades de l’intérieur. Le FC Grenoble participe à l’inauguration.

A la même époque, est fondée le Galia Club de Mascara (désormais Ghali Club) qui rejoint l’AGSM au nouveau stade municipal. C’est cette équipe qui remportera en 1951 le seul titre de la ville: le championnat d’Oran.

Le Stade Grefier est demeuré le principal de la ville jsqu’à l’ouverture du Stade de l’Unité Africaine en 1986. L’enceinte est encore occupée notamment par les équipes jeunes du GC Mascara.

Work in progress…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.